Calais new jungle/ Galloo resist eviction

MVI_5340

français ci-dessous

I was surprised at seeing the size of the new jungle, it is huge and so full of people!

From Monday, 13th April the Jules-Ferry day centre is fully operational.

Great, people camped out for two weeks without showers.

There are three water taps for well over 1,000 people outside Jules Ferry! People are not drinking enough. There is nothing there: local volunteers did an amazing job building shelters, but the infrastructure in the new jungle-ghetto is absent. There is no water, no toilets (only inside the centre, that is open only during the day), no electricity and not even rubbish collections – people are burning the rubbish, much of which is plastic and produces toxic fumes. Yesterday I met a Catholic nun in the jungle, who is a missionary and has worked in refugee camps in Sudan and Congo. I asked her how is the situation in Calais compared to the refugee camps in Africa. She thought a moment, then she said it is much worst in Calais, it is not even a camp, it is ‘a shame’. 

There are always fights between people, sometimes big and very violent fights. I saw more than 100 people throwing stones at each other, three ended up in hospital – just some drunk people who were a bit too brave and picked a fight in the wrong place! The only things there is plenty in the new ghetto jungle-ghetto are stones, there are large deposit of  large stones ready to be thrown. The situation is really dangerous, and to force all people to move near J-F is criminally irresponsible  of the French authorities, it is madness. Perhaps the French authorities are just hoping the jungle self-destroys. There is an isolated cluster of houses near Jules-Ferry, where some French families live. They are understandably very worried and some are very angry. Women are afraid and do not feel safe in J-F, about 30 sleep in the centre, other sleep out. Women and young children are in danger of being caught in some fights when they come out J-F. Quite a few unaccompanied minors who are not allowed to sleep in the centre have been hit by flying stones. Migrant communities are trying to deal: whenever there is a problem or a fight they talk to each other; there are peace makers in all communities and they lived together or next to each other near Tioxide, and have strong links based on solidarity, but there are also some troublemakers; there are many people who have just arrived and do not know where they are, and a very big problem with alcohol and drunken fights. There are other problems: seven tents belonging to Protestant Eritreans were burned down for reasons of religious intolerance in the night between Sunday and Monday. Most Orthodox Eritreans are appalled at the act, that came as a shock after the celebration of the Orthodox Easter, a great joyous occasion with Mass in the church, singing and a delicious meal that was shared with everybody: Afghans, Pakistanis, visiting supporters…

One very good thing that is happening is that many French and international people go to the jungle to support the migrants. Other than that, it is very isolated and far from everything. Nobody but absolutely nobody in the new jungle-ghetto is happy to be there.

To make a much needed donation to build shelters:
http://fr.ulule.com/refugies-calais/

In the Sudanese jungle there are about 10 stubborn people who are refusing to leave and are still sleeping there. More people go there to try to go to England. Most of the shelters have been flattened.

The Sudanese in front of the old cold weather shelter (BCMO) are still there.

The Syrians who sleep in town and are refusing to leave are still there.

The Egyptian squat has been abandoned by its occupiers and is now boarded up.

The occupation in Fort Galloo continues. Many people have left but many are still there, and decided to make a stand against racist segregation in the new jungle; some newly arrived people started sleeping in the squat; some have returned from Paris and other places, and more people go to Galloo during the day. It is open to everybody and  is very friendly and relaxed – apart from the threat of imminent eviction! Relations between people who are still inhabiting the squat have became very close: they share food, they visit each other all the time – it is very much like a family with different nationalities: Sudanese, Ethiopians, other Africans, Egyptians… All living spaces are still occupied, though numbers have dwindled. The associations still go there to bring food. What is really lacking is wood to burn, as the new jungle is absorbing all the pallets that can be found.  There are regular French classes – many of the occupiers of Galloo have applied for asylum in France but are still waiting to be given accommodation. There are parties at Galloo and film shows every week-end. It is open all the time – only at night we close the door in case the police try to evict: the door is well barricaded.

Everybody is welcome at Fort Galloo!

More photos and short films of Galloo, Sudanese jungle and new jungle

https://www.flickr.com/photos/67141891@N04/with/17111957626/

Plus de photos et de  petités film de Galloo, jungle soudanais et nouvelle jungle

français

Calais nouvelle jungle / Galloo résister l’expulsion

 Je ai été surprise de voir la taille de la nouvelle jungle, il est énorme et si plein de gens!

Du lundi 13 Avril le centre de jour Jules-Ferry est pleinement opérationnel.

Grande, les gens ont campé pendant deux semaines sans douches.

Il y a trois robinets d’eau pour bien plus de 1 000 personnes à l’extérieur Jules Ferry! Les gens ne boivent pas assez. Il n’y a rien: des volontaires locaux ont fait un travail incroyable construire des abris, mais l’infrastructure dans la nouvelle jungle ghetto est absent. Il n’y a pas d’eau, pas de toilettes (seulement à l’intérieur du centre, qui est ouvert uniquement pendant la journée), pas d’électricité et pas même collections ordures – les gens brûlent les ordures, dont une grande partie est en plastique et produit des fumées toxiques. Hier, je ai rencontré une religieuse catholique dans la jungle, qui est un missionnaire et a travaillé dans des camps de réfugiés au Soudan et au Congo. Je lui ai demandé comment est la situation à Calais par rapport aux camps de réfugiés en Afrique. Elle réfléchit un instant, puis elle a dit que ce est beaucoup pire à Calais, il ne est même pas un camp, ce est «une honte».

Il ya toujours des bagarres entre les gens, parfois combats grandes et très violents. Je ai vu plus de 100 personnes jetant des pierres les uns les autres, trois ont fini à l’hôpital – que quelques personnes ivres qui étaient un peu trop courageux et ramassé un combat au mauvais endroit! Les seules choses il ya beaucoup dans la nouvelle jungle ghetto sont les pierres, il ya grand dépôts de grosses pierres prêt à être lancés. La situation est vraiment dangereuse, et de forcer tous les gens à se déplacer près de JF est criminellment irresponsable des autorités françaises, il est de la folie. Peut-être les autorités françaises sont en espérant  la jungle auto-détruit . Il ya une grappe isolée de maisons près de Jules-Ferry, où quelques familles françaises vivent. Ils sont naturellement très inquiets et certains sont très en colère. Les femmes ont peur et ne se sentent pas en sécurité dans J-F, environ 30 dorment dans le centre, autres dorment au dehors. Les femmes et les enfants sont en danger d’être pris dans des combats quand ils sortent J-F. Un bon nombre de mineurs isolés que ne sont pas autorisés à dormir dans le centre ont été touchés par des pierres volantes. Les communautés de migrants tentent de faire face: chaque fois qu’il ya un problème ou une bagarre, ils parlent les uns aux autres; il ya des artisans de la paix dans toutes les communautés et ils vivaient ensemble ou à côté de l’autre près Tioxide, et ont des liens solides fondés sur la solidarité, mais il ya aussi quelques fauteurs de troubles; il ya beaucoup de gens qui viennent d’arriver et qui ne savent pas où ils sont, et un très gros problème avec l’alcool et bagarres ivres. Il ya d’autres problèmes: sept tentes appartenant à protestantes Érythréens ont été brûlées pour des raisons d’intolérance religieuse dans la nuit de dimanche à lundi. La plupart des Érythréens orthodoxes sont consternés à l’acte, ce est venu comme un choc après la célébration de la Pâque orthodoxe, une grande occasion joyeuse avec Messe dans l’église, les chants et un délicieux repas qui a été partagé avec tout le monde: les Afghans, les Pakistanais, les supporters visiteurs...

Une très bonne chose qui se passe est que beaucoup de gens françaises et internationales vont dans la jungle pour soutenir les migrants. Autre que cela, il est très isolé et loin de tout. Personne, mais absolument personne dans la nouvelle jungle ghetto est heureux d’être là.

Pour faire un don bien nécessaire de construire des abris:

http://fr.ulule.com/refugies-calais/

Dans la jungle Soudanaise il ya environ 10 personnes tenaces qui refusent de partir et dorment encore là. Plus de gens y vont pour essayer d’aller en Angleterre. La plupart des abris ont été aplatie.

Les Soudanais en face de l’ancien abri par temps froid (BCMO) sont toujours là.

Les Syriens qui dorment dans la ville et refusent de quitter sont toujours là.

Environ 50 Egyptiens  sont partis de leur squat et le squat est maintenent fermé.

L’occupation à Fort Galloo continue. Beaucoup de gens ont quitté mais beaucoup sont toujours là, et ont décidé de prendre position contre la ségrégation raciste dans la nouvelle jungle; certaines personnes  arrivés a nouveau ont commencé à dormir dans le squat; certains sont rentrés de Paris et d’autres lieux, en plus de gens aller à Galloo pendant la journée. Il est ouvert à tout le monde et est très conviviale et détendue – en dehors de la menace d’une expulsion imminente! Les relations entre les gens qui sont encore habitaient le squat sont devenues très proches: ils partagent la nourriture, ils visitent l’autre tout le temps – ce est très bien comme une famille avec différentes nationalités: Soudanais, Ethiopiens, autres Africains, Egyptiens … Tout espaces de vie sont encore occupés, bien que les chiffres ont diminué. Les associations vont encore là pour apporter de la nourriture. Ce qui est vraiment défaut, ce est le bois à brûler, comme la nouvelle jungle absorbe toutes les palettes qui peuvent être trouvés. Il ya des classes régulières de français – la plupart des occupants de Galloo ont demandé l’asile en France, mais sont toujours en attente d’hébergement. Il ya des fetes à Galloo et le film montre chaque week-end. Il est ouvert tout le temps – que la nuit nous fermons la porte au cas où la police tente d’expulser: la porte est bien barricadé.

Tout le monde est le bienvenu à Fort Galloo!

 

Annunci

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

Google+ photo

Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

Connessione a %s...